Avant-lès-Marcilly et environs

intrusion Centr nucléaire Nogent

       INTRUSION DANS LA CENTRALE NUCLEAIRE DE NOGENT SUR SEINE

                                   le lundi 5 décembre 2011

Cette intrusion est «une défaillance manifeste dans le système de contrôle» d'EDF,

a déclare au Figaro le député UMP Claude Birraux, auteur de nombreux rapports sur le nucléaire.

L'élu, président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) s'interroge sur le fait que les militants «n'aient pas été interceptés tout de suite».

«La sécurité est un tout», ajoute-t-il, «et le diable est toujours dans les détails».

Noël-Mamère, le député-maire Europe Écologie -Les Verts (EE-LV) de Bègles, a approuvé cette opération sur France-Info «Greenpeace vient d'apporter la preuve que les stress-tests administrés aux centrales nucléaires n'était qu'un écran de fumée,

il n'y a pas de sécurité totale des centrales.» Cécile Duflot, la secrétaire nationale EE-LV, a pour sa part remercier

                                 Greenpeace «pour l'audit gratuit de sûreté nucléaire»

                                         !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                             aller sur le site internet GREEN PEACE France  CLIC ICI

                

             aller sur le site La Commission Locale d'Information de Nogent-sur-Seine CLIC ICI

                             §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

                                            Source le Figaro.fr

Des militants de Greenpeace se sont introduits lundi matin dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube), a annoncé l'organisation écologiste, une "intrusion" confirmée par la gendarmerie à l'AFP.    source orange.fr

partagez
Photographe : Alain Julien :: La centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine en 2006photo : Alain Julien, AFP

Dans un communiqué, Greenpeace précise s'être introduit vers 6h00 dans cette centrale nucléaire située à 95 km au sud-est de Paris "pour faire passer le message que le nucléaire sûr n'existe pas".

Huit militants sont entrés dans la centrale selon une autre source de la gendarmerie, qui a indiqué que certains militants avaient déjà été interpellés.

"Une partie des militants a réussi à grimper sur le dôme de l'un des réacteurs, où ils vont déployer une banderole: +Le nucléaire sûr n'existe pas+", a expliqué Axel Renaudin, chargé de communication de Greenpeace.

"Le but est de démontrer la sensibilité des installations nucléaires françaises, et à quel point il est facile d'atteindre le coeur d'une centrale", a souligné Sophia Majnoni, chargée des questions nucléaires pour Greenpeace.

Elle a dénoncé l'audit lancé par le gouvernement sur la sécurité des centrales nucléaires, y voyant "une opération de communication qui ne prend en compte que les risques déjà identifiés dans le passé et ne tire pas les leçons de Fukushima".

La centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a été choisie par Greenpeace "car elle est la plus proche de Paris", à 95 km, selon Greenpeace.

                                                                   !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  Source le Telegramme.com

Eric Besson surpris

 
"Si l'enquête confirme (que Greenpeace est entré dans la centrale), cela veut dire qu'il y a eu dysfonctionnements et qu'il faudra prendre des dispositions pour que ça ne se reproduise pas", a commenté Eric Besson sur France Info
"Peut-être ont-ils réussi à la faire, a ajouté le ministre de l'Economie. Ca me surprend parce que nos centrales sont effectivement bien gardées". "C'est d'ailleurs souvent critiqué, on peut le dire par ironie, par Greenpeace qui dit +nucléaire égale système policier très encadré, très surveillé+", a-t-il relevé.


"C'est irresponsable de leur part", estime Henri Guaino
Interrogé sur cette affaire, par BFMTV-RMC, Henri Guaino, le conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, a répondu: "C'est irresponsable de leur part". "Mais cela fait quand même réfléchir sur la sécurisation des accès aux centrales nucléaires. Il va falloir en tirer des conséquences". "On ne peut pas permettre que n'importe qui puisse entrer aussi facilement que ça dans une centrale nucléaire. On peut imaginer ce que certains pourraient en faire", a poursuivi Henri Guaino.

 

Intrusion à la centrale : « Ils étaient où, les gendarmes ? »

 Article EST ECLAIR

Publié le mercredi 07 décembre 2011 à 11H00 - 

 

Nogent-sur-Seine- À Nogent, l'action des militants de Greenpeace lundi à la centrale ne laisse pas indifférent mais ne génère aucune psychose

 

« Ça ne nous fait pas peur. » Au comptoir d'un café du centre-ville, on ne s'inquiétait pas outre mesure, au lendemain de l'intrusion de neuf activistes de Greenpeace sur le site de la centrale nucléaire. On s'interrogeait toutefois sur le dispositif de protection en vigueur.
« Ça veut dire que M. Tout-le-Monde peut rentrer, constate la barmaid. Si les militants de Greenpeace ont pu monter sur le dôme du réacteur, c'est qu'il y a un problème de sécurité. Ils auraient eu le temps de poser une bombe. Ça m'étonne, ça devrait être l'endroit le plus surveillé de France. Ils étaient où, les gendarmes ?»
« C'est bien que Greenpeace ait mené cette action même si je ne cautionne pas les dégradations, assure la serveuse. Ça va remettre en question la sécurité, ce qui va peut-être créer des emplois. »
Elle a eu l'occasion d'en parler avec des salariés de la centrale qui n'ont pas pu accéder au site lundi : « Ils étaient "verts". »

« Manque d'effectif »


Une cliente du café avoue ne pas être trop surprise. « J'ai travaillé là-bas. Je pense qu'il y a un manque d'effectif au niveau sécurité. C'est bien gentil de faire des économies, mais la centrale, ce n'est pas une usine de jouets. » Et toutefois de relativiser : « Les militants ne sont pas non plus entrés dans le bâtiment-réacteur. C'est extrêmement compliqué de pénétrer à l'intérieur. »
Un avis que partage un autre Nogentais qui a aussi exercé dans les installations d'EDF. « Avant de rentrer dans le cœur du réacteur, ils [les militants de Greenpeace, ndlr] ont du boulot. Ça m'étonne quand même un peu qu'ils aient réussi à s'introduire sur le site. C'est déjà pas mal sécurisé. Pour quelle cause ont-ils agi ? Arrêter le nucléaire ? Dans ce cas, il faut leur couper l'électricité, estime cet homme.
« C'est sûr qu'il y a des choses à revoir au niveau sécurité. Mais ils confondent avec l'accident du Japon », estime-t-il.
Pas de crainte non plus du côté du personnel d'une agence immobilière. « Je pense qu'ils ont vraiment été surveillés. C'est vrai qu'on les a laissé aller un peu loin. Nous faisons confiance. » Des habitants de Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes croisés dans le centre-ville se montraient un peu plus préoccupés : « S'ils ont réussi à entrer, n'importe qui peut le faire. On aurait pu tous mourir s'ils avaient été mal intentionnés. Ça va peut-être faire bouger les choses. »
Sur notre site internet, le sujet ne laisse pas non plus indifférent. « Tout cela m'interpelle sur la sécurité de ces sites ultrasensibles dont font partie, entre autres, les centrales nucléaires, met en exergue un habitant de Vallant-Saint-Georges. Alors Nogent, radioactive probablement… réactive, sûrement pas. »

Laurianne PERMAN
ImprimerRecommanderWikiodigg