Avant-lès-Marcilly et environs

abandon taxe carbone

Le retrait de la taxe carbone approuvé par une majorité de

Français

"Sans biodiversité, pas d'activité humaine, pas d'économie.   Et nous sommes une des composantes de la biodiversité en tant qu'êtres   humains", estime Bruno Genty, président de France nature   environnement.
REUTERS/STRINGER SHANGHAI
"Sans biodiversité, pas d'activité humaine, pas d'économie. Et nous sommes une des composantes de la biodiversité en tant qu'êtres humains", estime Bruno Genty, président de France nature environnement.

Une majorité de Français (69 %) considèrent que le président Nicolas Sarkozy a eu raison de décider le retrait du projet de taxe carbone tel qu'il était envisagé, selon un sondage Ipsos publié lundi par France-Soir. Les Français approuvent massivement l'abandon de cette taxe franco-française, (78 % pour les électeurs UMP, 69 % pour ceux du PS et – "plus inattendu", écrit le quotidien populaire – 50 % des électeurs Verts). Seules 21 % des personnes interrogées regrettent son abandon et 10 % sont sans opinion, selon le sondage.

En revanche, 62 % des sondés sont "vraiment" ou "plutôt" favorables à la mise en place d'une taxe carbone à l'échelle de l'Union européenne alors que 33 % y sont "plutôt" ou "vraiment" opposés, selon le sondage.

Le report de la taxe carbone ne signifie pourtant pas son abandon affirme, sur RTL, la secrétaire d'Etat à l'économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, précédemment chargée de l'écologie. "C'est quelque chose qu'objectivement on n'a pas réussi à partager avec les Français", a-t-elle insisté. "Un jour, et dans un cadre européen, il faudra remettre la chose sur le métier parce que derrière il y a une idée intelligente", a-t-elle ajouté, estimant néanmoins que cette taxe entrera en vigueur avant la fin du quinquennat.